subscribe: Posts | Comments

Les SOFICA, une super niche fiscale

Commentaires fermés sur Les SOFICA, une super niche fiscale
Les SOFICA, une super niche fiscale

Les SOFICA, sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel, permettent désormais d’obtenir jusqu’à 73 % – avec certains investissements – de réduction d’impôt.
Chaque année, l’industrie cinématographique et audiovisuelle se tourne vers les investisseurs, notamment les particuliers. La campagne 2019 vient de débuter avec sept entreprises agréées : CINEAXE, Cineventure 6, Palatine Etoile 18, Indefilm 8, A Plus Image 8 (conseillée par A Plus Finance), Manon 10, Cinemage 14.
Ces fameuses sociétés de coproduction de films et de séries télévisées seront autorisées à lever, cette année, jusqu’à 96 500 euros. Le Centre national du cinéma vient d’attribuer une enveloppe de 32 500 euros à la société A Plus Image 8, la SOFICA d’A Plus Finance. Celle-ci est pour la troisième année consécutive le leader du marché.
Afin de séduire les particuliers, ces dernières disposent chronologiquement d’un argument choc. Jusqu’ici, les sommes engagées donnaient droit à une minoration d’impôt pouvant aller jusqu’à 63 % avec certains investissements. En 2019, le taux maximal a été majoré à 69 % à condition que les SOFICA choisies consacrent 16 % au moins de leurs investissements au financement de l’exportation ou aux séries audiovisuelles.
Mieux encore, quoique soumises au plafonnement des dérogations fiscales ou des dépenses fiscales, ces fameuses sociétés de financement d’œuvres audiovisuelles et cinématographiques disposent d’un seuil de dépense spécifique : 36 % du revenu net global de l’investisseur ou 22 millions d’euros par foyer fiscal.

Fiscalité des SOFICA

Théoriquement, l’affaire apparaît très intéressante. Cependant, afin d’évaluer précisément les performances de ces entreprises, il faut également tenir compte de leurs particularités.
Pour ne pas perdre le bénéfice de l’avantage fiscal, celles-ci nécessitent en premier lieu de conserver les parts au moins sept ans – durée de vie des SOFICA.
En pratique, il n’existe pas de marché secondaire. Donc, pour sortir, le contribuable doit attendre le remboursement par l’entreprise elle-même.
Le deuxième désavantage concerne alors les conditions de sortie étant donné que les redevables ne récupèrent en moyenne que 73 % de leur mise. Le taux de remboursement fluctue la plupart du temps entre 73 et 89 %.
Pour rappel : la rentabilité de ces fameuses sociétés repose principalement sur la réduction fiscale – pouvant aller jusqu’à 69 % – obtenue à l’entrée. Donc il faut toujours garder à l’esprit que cet investissement est contraignant et parfois trop risqué étant donné que le capital n’est pas toujours garanti.
Néanmoins, les sociétés de financement d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles peuvent être, dans certains cas, des placements intéressants pour les investisseurs particuliers.


PSG : le maillot du club de la capitale est toujours à vendr

Commentaires fermés sur PSG : le maillot du club de la capitale est toujours à vendr
PSG : le maillot du club de la capitale est toujours à vendr

Le président du club de la capitale, Nasser Al Khelaïfi cherche un nouveau sponsor maillot qui succédera à la compagnie aérienne Emirats, dont le contrat s’achèvera en juin prochain. Est-ce la compagnie aérienne Qatarie a vraiment le profil ?

À la recherche du bon sponsor principal

Certes, le temps presse et la pression a tendance à monter pour les dirigeants du PSG, puisque la fabrication des maillots pour la saison prochaine doit commencer très bientôt et le sponsor principal n’est pas encore connu, toutefois le PSG préfère prendre son temps pour trouver le bon sponsor.
Loin du problème logistique, le sponsor principal est essentiel afin de garantir les diverses dépenses du club de la capitale. En effet, le contrat actuel que possède le PSG avec la compagnie aérienne Emirates a pu rapporter plus de 20 millions d’euros par an. Le président du PSG, Nasser Al Khelaïfi a fixé l’objectif ambitieux de rejoindre, voir dépasser le gratin des clubs européens comme Manchester United et le FC Barcelone qui eux touchent prés de 50 millions d’euros par an. En essayant de négocier avec la compagnie aérienne Emirates afin d’élever le contrat à 80 millions d’euros par an, la stratégie du président n’a eu pour effet que refroidir la compagnie arienne émiratie qui a décidé de mettre fin à son contrat avec le PSG.
Le club de la capitale s’est retrouvé contraint à trouver en urgence un nouveau sponsor principal avant la fin du contrat. Selon le responsable de la communication du PSG, Jean-Martial Ribes, les marques qui seront intéressées par ce genre de sponsoring, doivent être puissantes au niveau économique et à la recherche de notoriété. Dans la plupart des temps ils sont soit des acteurs du moyen-orients soit de l’asie. En outre, le plus souvent sont des compagnies aériennes qui espèrent promouvoir l’ouverture de ses nouvelles lignes.

Une autre compagnie aérienne en vue ?

Ces derniers jours, le PSG aurait laissé circulé son intérêt à Qatar Airways ou à Air France, comme un sponsor principale. Toutefois, officiellement, le club de la capitale voudrait éviter de collaborer une nouvelle fois à une marque du Qatar, afin de ne pas reproduire le même problème que le contrat du QTA. En effet, les experts de l’UEFA chargé d’analyser le fair-play financier n’ont pas hésité de loucher sur les différents contrats qataris. « Afficher le nom d’une société qatari, le même pays du propriétaire du club ne serait pas forcément bien vu par l’UEFA » a expliqué Jean-Martial Ribes, directeur de la communication du PSG.
Néanmoins, ce qui est important pour le PSG, pour l’instant, c’est de bien jouer afin de garantir une qualification en huitième de finale parce qu’une élimination du premier tour constituera un handicap dans toutes les négociations.


Fiscalité : qu’est-ce qu’une niche fiscale ?

Commentaires fermés sur Fiscalité : qu’est-ce qu’une niche fiscale ?
Fiscalité : qu’est-ce qu’une niche fiscale ?

Les niches fiscales, aussi connues sous les noms de “dérogations fiscales” ou “dépenses fiscales” sont des avantages fiscaux qui permettent aux redevables de diminuer le montant de leur impôt sous certaines conditions. Celles-ci désignent donc les avantages fiscaux dont peuvent profiter certains redevables. Ces avantages permettent de minimiser le montant de l’impôt lui-même et de réduire la base imposable.
Actuellement, il existe en France plus de 750 dépenses fiscales représentant un coût cumulé de près de 250 milliards d’euros – voire plus -, soit deux quarts des recettes perçues par l’État.

Les deux grands types de dérogations fiscales :
– les dérogations fiscales actives/verticales : il s’agit de mécanismes destinés notamment à encourager l’investissement.
– les dérogations fiscales passives/horizontales : ce sont des avantages fiscaux octroyés aux redevables sans acte particulier.
Celles-ci représentent un manque à gagner pour le gouvernement. Ces avantages ne sont cependant pas sans contrepartie étant donné que chaque niche doit répondre à un objectif fixé par l’État. Certaines comme le mécanisme Censi Bouvard ou la loi Pinel ont été créées pour encourager l’investissement, d’autres comme le crédit d’impôt visent à favoriser l’emploi… Il existe également des dérogations fiscales qui visent à soutenir les crédits d’impôt accordés pour les dépenses d’économie d’énergie ou encore les économies d’énergie telle la TVA à taux réduit.

Le plafonnement des dépenses fiscales

Les pouvoirs publics avaient institué dans la loi de Finances 2015, un plafonnement des dépenses fiscales pour le calcul de l’IR, et ce, pour éviter que certains redevables abusent de ces dispositifs. Initialement, le plafond global était fixé à 32 millions d’euros, majoré de 15 % du revenu imposable. Ce plafond à été revu régulièrement à la baisse au cours des années suivantes.
La somme des avantages fiscaux octroyés au titre des dérogations fiscales – pour les investissements réalisés depuis 2015 – ne peut dépasser 22 millions d’euros par an. Mais certains mécanismes échappent à ce plafonnement global. La souscription de parts de SOFICA ou encore le dispositif Malraux sont notamment concernés.
La réduction d’IR pour investissement dans les SOFICA est donc prise en compte dans le plafond global des dérogations fiscales de 22 millions d’euros. Les investisseurs privés qui placent leur épargne dans une SOFICA – société de financement de l’industrie cinématographique et audiovisuelle – profitent ainsi d’une réduction d’IR correspondant à 49 % de leurs investissements.

Les SOFICA agréées
Ces fameuses SOFICA sont agréées chaque année par l’Autorité des Marchés Financiers et le Centre National du Cinéma et de l’Image animée. Cette année, huit entreprises agréées pourront investir une enveloppe de plus de 52 millions d’euros dans l’audiovisuel et le cinéma. La SOFICA d’A Plus Finance fait partie des huit sociétés agréées pour investir en 2019-2020. Cette dernière participe à hauteur de 21 millions d’euros.
Liste des SOFICA agréées : Manon 10, Sofitvcine 7, Cofinova 16, Cinemage 15, A Plus Image 8 (conseillée par la société de gestion “A Plus Finance”), Cineveture 5, COFIMAGE 40, Indefilms 8.


PSG : le club nie toute discrimination ethnique

Commentaires fermés sur PSG : le club nie toute discrimination ethnique
PSG : le club nie toute discrimination ethnique

Suite à l’enquête interne effectuée sous la demande du président du PSG, Nasser Al Khelaïfi, le club a reconnu l’existence au niveau de certains centres de formation la mise en place d’un système de fiche qui contient des critères ethniques, mais le directeur général délégué, Jean-Claude Blanc assure que cette pratique n’a plus cours.

Les mesures qui seront mises en place par le PSG

L’enquête menée par un cabinet d’avocats externe au club et qui a duré 4 semaines, a démontré que malgré l’existence de ces fiches, aucun cas de discrimination avéré a été noté. Le 15 novembre dernier, le directeur général délégué du club parisien, Jean-Claude Blanc a présenté les résultats de l’enquête interne à la ministre des Sports Roxana Maracineanu, tout en présentant les mesures que le président du club, Nasser Al Khelaïfi a demandé de mettre en place, afin de renforcer les pratiques éthiques.
Le cabinet d’avocats, s’est fondé sur une analyse d’échange d’e-mails, ainsi que sur une série d’entretiens qui a été menée avec les différents salariés chargés de recruter les jeunes joueurs dans les centres de formation du PSG. « Cette enquête a démontré qu’il n’y a pas eu de cas de discrimination pour le recrutement de jeunes joueurs au PSG » a affirmé le directeur de la communication du club parisien, Jean-Martial Ribes.
Selon le club ce système de fichage été une initiative du responsable de la cellule de recrutement au Province, sans évoquer aucun nom.

Respect de l’éthique

La ministre des Sports, Roxana Maracineau a déclaré que l’entretien avec le directeur général du PSG été direct et franc. En effet, cette rencontre avait été fixée depuis le début des révélations publiées par Médiapart et diffusées par l’émission Envoyé spécial évoquant l’existence d’un système de fichage qui mentionne l’origine des différents jeunes joueurs. Le club de la capitale a reconnu l’existence des fiches contenant des critères ethniques, toutefois, l’enquête a affirmé que ce système n’est plus d’actualité. Le PSG s’engage d’apporter de nouveau processus au niveau de la sélection tout en respectant l’éthique.
La ministre, Roxana Maracineau, a affirmé qu’elle veillera en personne à la mise en œuvre des engagements du PSG au niveau de leur centre de formation.

L’avis des journalistes sur ces révélations

Selon Geoffroy Garétier, le journaliste spécialiste dans le sport, ces récentes polémiques, qui tournent autour du club de la capitale, font partie d’une campagne médiatique anti-PSG. Un avis qui est aussi partagé par le journaliste de Canal+, Pierre Ménès. « Visant à nuire à l’image du club de la capitale, les médias se sont acharnés durant prés d’un mois sur le club en publiant des fausses accusations et des révélations. Toutes ces polémiques laissent un peu réfléchir pourquoi tout cet acharnement sur le PSG et surtout qui profite de toute cette campagne ? » se demande Geoffroy Garétier.


Comment choisir un logiciel comptable ?

Commentaires fermés sur Comment choisir un logiciel comptable ?
Comment choisir un logiciel comptable ?

Comme a expliqué l’un des responsables de la gestion au sein de la société de gestion indépendante A Plus Finance, les fonctionnalités des logiciels comptables sont nombreuses, outre la tenue de la comptabilité de l’entreprise, ils peuvent présenter des modules de production de paie et la gestion des immobilisations.

Afin de mieux définir les différentes fonctionnalités d’un logiciel comptable, Zoé Mouquet, la chargée d’affaires au sein de la société de gestion A Plus Finance, vous apportera tous les détails afin de mieux gérer votre entreprise.

Comment bien choisir le logiciel comptable ?

Avant tout, il est important de définir les fonctions exactes que vous voulez que le logiciel remplît afin de mieux choisir le logiciel qui vous convient. Puisqu’il existe des logiciels qui sont spécialisés dans certaines activités adaptées aux besoins de certains types d’entreprises comme les professions libérales ou les commerçants. Si vous ne savez pas limiter les besoins de votre société, il vaut mieux s’orienter vers un logiciel qui est surdimensionné, toutefois il est beaucoup plus coûteux.

Il est important d’analyser la comptabilité grâce à des logiciels bien adaptés en utilisant les exports et imports des fichiers dans la gestion commerciale. C’est pour cette raison qu’il est important que le logiciel de comptabilité soit ouvert pour pouvoir manipuler plus facilement le logiciel et gagner du temps.

Ce type de logiciel peut aussi participer dans la gestion quotidienne de la société comme la mise en place des déclaration de TVA, le relance et le suivi du client, l’échéancier des règlements fournisseurs.

Le service proposé par les logiciels de comptabilité

La qualité du service que propose le logiciel et la formation sont garantis par l’éditeur du logiciel qui doit s’engager en terme de réactivité et de délai de réponse.

Le prix du logiciel varie essentiellement selon le logiciel, les modules ajoutés et l’éditeur. Les prix, généralement, peuvent varier de 70 euros jusqu’à 300 euros. Il est important de mentionner que le conseil d’un expert en comptabilité est toujours important surtout dans le choix du logiciel le plus adapté à vos besoins.


Le PSG riposte aux accusations du Football leaks

Commentaires fermés sur Le PSG riposte aux accusations du Football leaks
Le PSG riposte aux accusations du Football leaks

Alors que le club de la capitale est en train de se préparer pour affronter les matches de la Ligue 1, mais encore les matches décisifs de la Ligue des champions, ces derniers jours il fait face à une vague d’accusations révélées par les football Leaks et publiées par plusieurs médias français dont Médiapart. Afin de mettre fin à ses rumeurs sur lesquelles, les médias français ont profité pour ternir l’image du club parisien, les dirigeants ainsi que certains joueurs du club de la capitale ont répondu à ces révélations.

Les joueurs réagissent aux révélations

Alors que les conditions et les détails du transfert de Kylian Mbappé de Monaco au club parisien ont été révélés par les Football leaks, le champion du monde a tenu à clarifier certaines informations. « Je n’aime pas trop m’exprimer sur des sujets aussi banales, mais vu qu’un grand nombre de médias ont reprit le sujet sans même vérifier si ces informations sont correctes ou pas, j’ai voulu clarifier certaines choses. Je tiens avant tout à préciser que je n’ai aucun problème avec la justice, je paie tous mes impôts en France et sur tous mes revenus. Je n’ai jamais choisi le PSG parce qu’elle va me payer mes impôts comme prétend Médiapart. Avant de pouvoir choisir le club de la capitale, j’ai longuement réfléchi, le plus important pour moi, c’était dans quelle équipe je pourrais donner le mieux de moi-même tout en poursuivant ma progression. Et donc j’ai choisi tout naturellement le Paris Saint Germain» a expliqué Kylian.
Âgé de seulement 19 ans, Kylian Mbappe, le champion du monde, a affirmé « Certes lorsque le PSG m’a proposé de faire partie de son équipe comme tous joueurs, j’ai négocié mon contrat, toutefois, ce qu’a publié psg Paname Squad le 2 novembre dernier est complètement faux. Je n’ai demandé que des choses rationnels et dans les règles. Ce qui me fait rire réellement, c’est que Médiapart est un site qui dénonce généralement les irrégularités, or tout ce que j’ai fait est en règle. Donc je ne comprends absolument pas pourquoi tout cet acharnement contre moi et le PSG ».

Le président du PSG donne son avis

Tout juste le match Naples-PSG achevé, que le président du Paris Saint-Germain, Nassr Al Khelaifi, a été interrogé sur les dernières accusations des Football Leaks. « Sincèrement, je ne regarde pas ce type de média, parce que je trouve que, c’est du n’importe quoi », a expliqué Nasser Al Khelaïfi pour la première fois, en rejetant toutes les allégations émises contre le club parisien. En effet, jusque-là, le PSG ne s’exprime qu’a travers son directeur général délégué, Jean-Claude Blanc, mais encore son directeur de la communication, Jean-Martial Ribes, qui ont été toujours dans la première ligne pour répondre à toutes les rumeurs qui peuvent toucher à la réputation du club.


Le Paris Saint Germain attaque ICFC devant le TAS

Commentaires fermés sur Le Paris Saint Germain attaque ICFC devant le TAS
Le Paris Saint Germain attaque ICFC devant le TAS

Après la pluie d’accusations qu’a eu droit le club parisien ce dernier mois, l’Instance de contrôle Financier des clubs (ICFC) a pris la décision de réouvrir le dossier du Fair-play financier du célèbre club, alors que l’UEFA avait déjà réglé un accord amiable avec le PSG depuis 2014. Suite à cette décision le président du club parisien, Nasser Al Khelaïfi, a décidé d’attaquer l’ICFC devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Réétudier le fair-play financier du PSG

Après l’étude du fair-play financier du club parisien, le contrat du Qatar Tourism Authority, avec le club dérange toujours l’ICFC malgré que l’UEFA avait fixé le contrat du QTA à 100 millions d’euros selon un accord amiable qu’a été signé entre l’UEFA et le PSG. En effet, l’Instance de contrôle Financier des clubs a décidé de réétudier les comptes du club de la capitale.
Selon le directeur de la communication Jean Martial Ribes, « c’est inadmissible tout cet acharnement sur le club de la capitale, après l’affaire de truquage du match du PSG et l’Etoile Rouge de Belgrade et les multiples accusations qu’a subi le club en moins d’un mois, maintenant, c’est autour de l’UEFA de réouvrir un dossier qu’a déjà été analysé ».
Les dirigeants du PSG, ils sont conscients que si la valeur du contrat du QTA sera baissée, le club parisien serait déficitaire de point de vue comptable, ce qui est interdit par le Fair-play financier. Déjà sanctionné en 2014 à cause de ce même contrat du QTA, le club de la capitale pourrait cette fois-ci s’exposer à de plus lourde sanction comme l’exclusion du club des compétitions européennes.

Le contrat QTA du PSG

Selon Jean Martial Ribes, le directeur de la communication du PSG « le fameux contrat qui pose problème n’est pas un contrat de sponsoring classique, c’est plutôt un contrat de « nation branding », c’est pour cette raison que l’UEFA en 2014 a préféré sceller un accord avec le club en estimant ce contrat, puisque, ce n’est pas un contrat classique. Or depuis que l’accord été validé en 2014, en estimant le contrat du Qatar Tourism Authority à 100 millions d’euros, le club a continué à évoluer en achetant d’autres joueurs suivant cette estimation effectué à l’amiable avec l’UEFA ». Jean Claude Blanc, le directeur général délégué du PSG a ajouté « On ne peut pas modifier à chaque fois les règles. Cette incertitude est inadmissible pour un célèbre club de cette taille qui a plein d’ambition ».
Toutefois, l’ICFC, a bien l’intention de baisser la valeur du contrat à prés de 58 millions d’euros, une décision qui n’enchante pas le président du PSG, Nasser Al Khelaïfi, qui a pris la décision d’attaquer l’ICFC au Tribunal arbitral du sport.
Suite à cette décision, l’UEFA a préféré mettre en pause tous les travaux en cours pour l’étude des comptes du PSG en attendant la décision du Tribunal arbitral du sport.


Religion musulmane : les principes de l’Islam

Commentaires fermés sur Religion musulmane : les principes de l’Islam
Religion musulmane : les principes de l’Islam

Selon les savants en islam, la religion musulmane est d’une très grande simplicité. En effet, les musulmans doivent admettre, qu’Allah est l’unique et le tout puissant créateur de l’humanité, il a révélé aux hommes, le Coran, par l’intermédiaire de son messager, le prophète Mohamed (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui). Le Coran, ou le livre saint en Islam est la parole d’Allah. Le prophète Mohamed (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui) l’a reçu par l’intermédiaire de l’archange Gabriel.

Le Coran

Le livre saint en Islam, contient un texte complet et parfait, qui transcrit tous les besoins de la société musulmane et tous leurs besoins. En effet, le Coran est la référence suprême dans tous les domaines, le droit, l’économie, la spiritualité, la morale individuelle et les sciences.
Le mot Islam signifie en arabe, la soumission à la volonté de Dieu tout en obéissant à sa parole sacrée, c’est à dire à tous les prescription du Coran.
Selon l’imam de la mosquée de Paris, parmi les prescriptions du Coran, les cinq piliers de l’islam qui sont : la Shahda, les prières obligatoires durant les cinq horaires de prière, le jeûne de Ramadan, l’aumône obligatoire ou aussi appelée Zakat et le pèlerinage. Toutefois, un bon croyant doit admettre l’ensemble des paroles de Dieu du Coran, tout en effectuant ses obligations comme la salat durant les heures de prière.

Il est d’ailleurs recommandé, de réciter à chaque fois qu’il est possible du Coran, afin d’accroître sa foi et de profiter de tous ses bienfaits. Un grand nombre de fidèles connaissent par cœur tout ou une partie du Coran.
Certes, certains passages du Coran peut laisser place à l’interprétation, toutefois, grâce à l’expertise des savants en islam, le livre saint n’a plus de secret. En outre, grâce aux textes complémentaires comme les hadiths et les explications données par le prophète (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui), les savants peuvent mieux interpréter quelques parties du Coran.
Donc, par comparaison juridique, le livre saint est la loi, possédant le pouvoir supérieur et les hadiths authentiques du Prophète (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui), sont la jurisprudence.

 

Les autres livres de Dieu

La présence d’un Dieu unique ne concerne pas que la religion musulmane, puisque la majorité des autres religions monothéistes fait référence à un seul unique Dieu créateur de l’univers.
Au niveau du Coran, on note la citation d’un grand nombre d’anges, qui ont différentes fonctions, comme Gabriel celui qui a révélé le Coran au prophète et Malik le gardien de l’enfer.
Le Coran fait aussi référence aux autres livres révélés par Dieu, comme la Bible, la Thora, les Évangiles et les psaumes de David.


Comment essayer de rester connecté à Dieu durant les vacances ?

Commentaires fermés sur Comment essayer de rester connecté à Dieu durant les vacances ?
Comment essayer de rester connecté à Dieu durant les vacances ?

Vous avez programmé quelques jours de repos qui sont bien mérités durant l’été ? Voici différentes façons de profiter de vos vacances tout en restant connecté à Dieu.
Prendre des vacances pour profiter de son été est un soulagement qui est bien nécessaire, toutefois, vous risquez de tomber dans une paresse réelle. Et très souvent, votre vie spirituelle peut en souffrir puisqu’elle est liée essentiellement sur la régularité qui est réglée selon votre emploi du temps quotidien.
Il est alors ingénieux de profiter de son repos et de la détente afin de renforcer sa foi envers Dieu.

Persévérez dans votre prière

Il est intéressant de consacrer chaque jour un moment pour lire un peu de Coran, avant ou après les horaires de prière. Respectez les heures de prières et soyez au rendez-vous pour cette retrouvaille spirituelle malgré que vous êtes en voyage. En effet, selon un médecin psychologue, prier au même moment, chaque jour, permet de forger une meilleure habitude tout en apportant le sentiment d’autosatisfaction.

Donnez la priorité au Salât

Aller à la mosquée durant les vacances est parfois un peu difficile. Toutefois, si c’est possible, songez à continuer d’y aller au moins une fois par semaine et pourquoi pas le vendredi. Au moment de programmer votre voyage, recherchez s’il y a une mosquée non loin de votre destination. Et essayez d’adapter votre programme selon les horaires et les lieux de prière sans pour autant prendre sur le temps de vos vacances.

Il ne faut pas oublier le Coran dans votre valise

Si vous êtes passionnés par la lecture à la plage, pourquoi ne pas opter pour un livre qui permettra d’approfondir votre foi ? Vous pouvez apprendre énormément de chose en lisant le Coran. Rien de tel afin d’édifier votre âme et votre esprit durant les vacances. Lire du Coran vous permettra de développer une plus grande connaissance d’Allah tout en renforcer votre relation avec lui.


« Previous Entries