subscribe: Posts | Comments

Importance du mariage en Islam

Commentaires fermés sur Importance du mariage en Islam
Importance du mariage en Islam

Comme dans toutes les religions monothéistes, la religion musulmane met également l’accent sur l’institution du mariage, qui est un contrat social sacré qui lie un homme et une femme.

Le mariage dans la religion musulmane

Selon le livre saint en Islam, au niveau de sourate Ar Rum (30) verset 21, « Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. »
En outre, le messager d’Allah (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui) a mis l’accent sur l’importance du mariage dans la vie du musulman en le décrivant comme étant l’accomplissement de la moitié de sa foi.

Le processus du mariage

Il est important de mentionner qu’en Islam le concept de petit ami n’existe pas et par conséquent tous rapports sexuels avant le mariage est strictement interdits, toutefois, l’islam reconnaît qu’il est nécessaire que les deux futurs conjoints soient compatible.
Les mariages peuvent être de différents types, soient arrangés par les familles ou les amis des conjoints soient les conjoints se sont rencontrés soit dans le cadre des études. Dans la religion musulmane, il est important de garder à l’esprit le concept du mariage, comme étant une union de deux personnes distinctes avec leurs origines, diversités, mais aussi de leurs familles.
Contrairement à ce que peuvent penser certain, la religion musulmane n’accepte pas les mariages forcés que ce soit pour l’homme que pour la femme, c’est pour cette raison que le mariage est incomplet sans l’approbation du marié et de la mariée.

L’organisation des mariages

Le mariage constitue une occasion festive qui implique la famille et les amis et selon la culture de chaque pays, il peut durer plusieurs jours.
L’essence du mariage réside dans le contrat nuptial qui est signé par le marié et la mariée, après leur approbation verbale et sous la supervision de 2 témoins. Une fête est organisée chez le mari après le mariage, qui est appelée Walima.


La compassion en Islam

Commentaires fermés sur La compassion en Islam
La compassion en Islam

La sensibilité au malheur des autres, le pardon, l’indulgence et la grâce, ce sont des attributs que doivent décrire les croyants en Islam. En effet, l’Islam a donné à la compassion et la miséricorde des sens encore plus profond, en les faisant intégrer de la vie quotidienne du musulman.
Selon le hadith authentique, rapporté par As Souyouti, le Messager d’Allah (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui) a dit « Ceux qui sont compatissants envers les autres reçoivent la miséricorde du Tout-Miséricordieux. Faites preuve de compassion envers les habitants de la terre, et Celui qui est là-haut sera miséricordieux envers vous. »
En effet, l’islam est une religion qui est fondé sur la compassion et la miséricorde, puisque Allah a envoyé son Messager (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui) comme une miséricorde pour tous les hommes, comme c’est mentionné dans la 21e sourate du Coran (verset 107).
La miséricorde du Prophète (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui)
Malgré que le Messager de dieu (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui) a enduré de multiples épreuves durant sa mission prophétique, il n’a utilisée que la douceur pour inviter les Hommes de sa tribu à rejoindre l’islam. Il ne demandait à Allah que de pardonner la cruauté et l’ignorance, de tous ceux qui lui ont causé du tort.
Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui) a pris le soin d’expliquer à tous ses compagnons, ce que c’est qu’être miséricordieux envers les gens, il ne suffit pas de se comporter bien envers les membres de sa famille mais il faut aussi avoir de la compassion et de la miséricorde envers toute personne sur terre.
« Celui qui n’a pas de compassion envers les autres ne se verra pas traité avec compassion.» (hadith rapporté par sahih Al Boukhari).

La miséricorde avec les enfants

Le Messager d’Allah (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui) était distingué pour sa sympathie envers tous les enfants, pas seulement envers ses enfants et ses petits-enfants. Selon Sahih d’Al Boukhari, le Prophète (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui)à mentionné « Parfois, je commence une prière avec l’intention de la prolonger, mais j’entends alors un enfant pleurer et je décide de l’écourter, car je sais que ses pleurs tourmentent sa mère. »
En outre, le Messager d’Allah (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui) a mentionné à plusieurs reprise l’importance de se montrer compassion avec ses enfants, en éleveant dans un environnement où règne la bonté et l’affection.

Compassion avec les orphelins et les mendiants

Dans le livre saint de l’Islam, le Coran, Allah évoqua les orphelins, dans sourate Ad Duha (93), verset 9, « Alors n’opprime point l’orphelin et ne repousse pas le mendiant. »
C’est pour cette raison que le comportement du Prophète (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui) avec les orphelins et les mendaints était en concordance avec ce verset. Le Messager d’Allah (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui) a dit « Toute personne qui prend soin d’un orphelin et pourvoit à tous ses besoins, sera à mes côtés aux paradis, comme ceci (et il colla ensemble son index et son majeur) ».
Le Prophète (paix et bénédiction de Dieu soient sur lui) exhorter tous les gens de bien se comporter envers l’orphelin en indiquant que chaque personne est récompensé pour chaque cheveu caressé sur la tête d’un orphelin.

Mais encore, on retrouve dans le Coran sourate Al Ma’un, qui décrit la cruauté du comportement des mécréants qui sont aveuglé par leur ignorance, toute en décrivant l’importance de bien se comporter envers les orphelins et les mendiants, « C’est bien lui qui repousse l’orphelin,et qui n’encourage point à nourrir le pauvre. Malheur donc, à ceux qui prient, tout en négligeant (et retardant) leur Salat, qui sont pleins d’ostentation, et refusent l’ustensile (à celui qui en a besoin). »
En effet, il ne faut pas être avare ni sentimentalement ni financièrement envers les mendiants et les orphelins, puisque cela fait partie de la croyance et la foi en Islam comme c’est mentionné dans sourate Al-Layl (92) « Celui qui donne et craint (Allah), et déclare véridique la plus belle récompense. Nous lui faciliterons la voie au plus grand bonheur. Et quant à celui qui est avare, se dispense (de l’adoration d’Allah), et traite de mensonge la plus belle récompense, Nous lui faciliterons la voie à la plus grande difficulté » (versets 5-10).


Afrique : le contient doit créer plus de 26 millions d’emplois par an

Commentaires fermés sur Afrique : le contient doit créer plus de 26 millions d’emplois par an
Afrique : le contient doit créer plus de 26 millions d’emplois par an

Guy Ryder, le directeur général de l’OIT, l’organisation internationale du travail, a profité de la 14e édition de la réunion régionale africaine de l’OIT qui a eu lieu du 3 au 6 décembre dernier à Abidjan, pour évoquer l’avenir du travail dans le continent africain. En effet, le haut responsable de l’OIT n’a pas hésité d’affirmer que le continent à toutes ces raisons afin de regarder l’avenir de l’emploi avec confiance, néanmoins, il a souligné que l’Afrique doit relever certains défis afin de créer plus de 26 millions d’offres d’emploi en Afrique productifs par an, d’ici à 2030.

L’Afrique fait face au problème d’emploi des jeunes

Le continent a un grand nombre de défis à relever afin d’atteindre les objectifs mis en place par l’agenda 2063, pour ce faire, il est indispensable que le déficit du continent qui estimé à 68 milliards de dollars par an doit être comblé pour pouvoir financer la protection sociale universelle.
D’après Guy Ryder, afin de pouvoir relever tous ces défis, il est indispensable d’apporter des mutations qu’il faut dans le monde du travail. Le changement doit se produire essentiellement sous l’effet conjugué de l’innovation technologique, l’évolution démographique, et la trajectoire de la mondialisation.
En outre, le directeur général de l’OIT n’a pas hésité de faire remarquer que selon les derniers chiffres révélés la main d’œuvre va augmenter de plus de offres d’emploi en Afrique 60 % dans le contient, par conséquent cette croissance démographique aura un impact positive sur le développement et la croissance économique du continent, à condition de pourvoir créer de nouvelles  . Sinon cette augmentation aura un effet négative en créant davantage de pression économique, migratoire et sociale.

Les différentes stratégies de développement

En énumérant ces enjeux, Guy Ryder a affirmé que la réunion régionale est une occasion d’analyser la situation de différents pays en réfléchissant à l’avenir du travail dans le contient.
Il est important de penser aux stratégies de développement tout en centrant sur l’humain, ainsi que sur la création d’emploi. Ces stratégies doivent s’articuler sur plusieurs axes comme l’environnement propice pour la création d’offre d’emploi décent, la diversification économique ainsi que les sociétés privées, et l’amélioration de la productivité dans les différentes régions.
Le ministre de l’Emploi et de la protection sociale ivoirien, Pascal Abinan Kouakou, a tenu à féliciter le continent pour le progrès dans le secteur de l’emploi décent en essayant une meilleure redistribution des fruits de la croissance économique.


Le roi du Maroc appelle les banques à encourager les jeunes

Commentaires fermés sur Le roi du Maroc appelle les banques à encourager les jeunes
Le roi du Maroc appelle les banques à encourager les jeunes

Le lendemain du remaniement ministériel, le roi du Maroc, Mohammed VI a annoncé, alors qu’il préside la rentrée parlementaire, un message au secteur de financement en affirmant qu’il doit soutenir en priorité les jeunes marocains.

Soutenir la jeunesse marocaine est une priorité

Le 11 octobre dernier, le roi du Maroc a appelé les banques à participer à l’effort du gouvernement pour le développement économique du pays en misant sur l’accompagnement de la jeunesse marocaine, qui est très touchés par le problème de chômage et le manque des offres d’emploi au Maroc.
« Il est important de corriger la perception négative que partagent certaines catégories de la population marocaine en voyant les banques comme des organismes qui ne recherchent que leur profil sans risque » a expliqué, le roi du Maroc dans un discours prononcé lors de l’ouverture de la session parlementaire à Rabat.

Prés de 44 % des jeunes marocains sont au chômage

D’après le souverain « Il est temps d’agir, surtout que de plus en plus de jeunes trouve des difficultés afin d’accéder au crédit, il est important d’accompagner les jeunes diplômés ainsi que les petites et moyennes entreprises afin d’agir contre le chômage en créant plus d’offre d’emploi pour les jeunes au Maroc. Tout en insistant sur le fait que travailler sans diplôme au Maroc est de plus en plus difficile ».
La clé de la stratégie de développement économique au Maroc, réside dans l’implication des banques dans la dynamique du développement du pays en misant plus sur les petites et moyennes entreprises marocaines. Alors que les banques se concentrent dans l’investissement des entreprises étrangères et les grandes sociétés, le souverain encourage à accompagner les jeunes marocains à entreprendre des activités génératrices d’emploi.
Certes, le taux de chômage a légèrement baissé ces dernières années pour passer de 10.2 % à 9.8 %, toutefois, il est important de signaler que ce sont les jeunes marocains diplômés qui sont les plus touchés selon les dernières statistiques révélées par le gouvernement. En effet, 43 % des jeunes urbains sont encore en recherche des offres d’emploi en Afrique.


L’Afrique, futur royaume de l’innovation ?

Commentaires fermés sur L’Afrique, futur royaume de l’innovation ?
L’Afrique, futur royaume de l’innovation ?

Afrique : les défis du développement

Émergence de nouveaux gratte-ciels, extensions des aéroports, modernisation ou construction des voies ferrées ou des autoroutes…. le continent africain s’est transformé en un énorme chantier. Les Etats africains devront cependant faire face à des défis plus ou moins gigantesques.
Les chantiers fleurissent à différents niveaux dans une Afrique qui bouge, innove, crée et ambitionne de jouer sa partition – division, partage, etc. – dans la mondialisation : hôpitaux, aéroports, ports maritimes, routes à péage, autoroutes, réseaux ferroviaires, ponts…
Les engagements au profit du développement des infrastructures ont, selon le dernier rapport de la Banque africaine de développement (BAD), bondi de 69 milliards de dollars en 2017 à 120 milliards de dollars en 2019. Les Etats africains espèrent bien que ces infrastructures contribueront à créer des emplois supplémentaires et permanents, jouer un rôle capital dans les relations internationales, améliorer le niveau de vie de la population, encourager les investissements privés et booster la croissance économique. Cela pourrait également accroître le taux de croissance du PIB – Produit Intérieur Brut – par habitant de près de 7 %.
Les gouvernements africains ont déjà identifié diverses pistes d’action à mener afin de gérer efficacement les projets d’infrastructure, principalement en matière de transmission des connaissances.
Pour Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement (BAD), le continent doit créer un environnement propice aux technologies – technologies de l’information et de la communication (TIC) – en investissant principalement dans l’éducation.

Côte d’Ivoire : l’économie la plus dynamique de l’Afrique de l’Ouest

La Côte d’Ivoire affiche de fortes ambitions de croissance. La mise en place d’un Plan national de développement (PND 2004-2015) a, entre autres, permis au pays de relancer son économie – et de rester debout durant les moments très difficiles.
La Côte d’Ivoire s’est donnée jusqu’en l’an 2020 pour atteindre l’émergence. Pour cela, le gouvernement s’est engagé dans un nouveau PND (2017-2020), avec un programme d’investissement de 55 milliards de dollars.
Selon les prévisions de la Banque africaine de développement (BAD), ce pays devrait afficher une croissance de l’ordre de 12 % en 2018, 14. 3 % en 2019 et 18. 9 % en 2020.
Ainsi, la Côte d’Ivoire s’affiche comme la deuxième économie la plus dynamique de l’Afrique, derrière l’Ethiopie, pendant la décennie 2012-2022. Les meilleures offres d’emploi du continent vous attendent.
Vous êtes à la recherche d’un emploi : Côte d’Ivoire ? Il y en a 450 disponibles sur Okapi emploi.


Afrique : la Banque africaine de développement préconise la création de 3. 6 millions d’emplois par mois d’ici 2025

Commentaires fermés sur Afrique : la Banque africaine de développement préconise la création de 3. 6 millions d’emplois par mois d’ici 2025
Afrique : la Banque africaine de développement préconise la création de 3. 6 millions d’emplois par mois d’ici 2025

L’emploi est devenu aujourd’hui une question clé de notre époque. Il demeure incontestablement le point commun entre les divers mouvements de protestation sur la scène internationale.

La problématique de l’emploi des jeunes constitue l’une des préoccupations majeures de tous les Etats et sociétés. C’est une problématique un peu complexe liée d’une part aux déséquilibres que connaisse la planète entre le Sud et le Nord et, d’autre part aux choix économiques et aux orientations politiques des gouvernements.

En Afrique, la réalité du chômage est inquiétante, voire alarmante. 320 millions de population en âge de travailler risque ainsi de devenir faute d’alternatives en matière d’emploi.

 

Emploi : ces secteurs qui vont recruter en Afrique

L’Afrique compte aujourd’hui près de 360 millions de jeunes âgés de 18 à 31 ans, soit plus de 40 % de la population.

Le continent africain a connu ces dix dernières années une croissance rapide de sa population. Il est ainsi entré dans une phase de lente transition démographique qui, entre autres, va augmenter la pression à laquelle les pays – principalement les pays jeunes démographiquement – sont confrontés en termes de création d’emploi.

La jeunesse africaine ne forme cependant pas un groupe homogène et ses perspectives d’emploi varient en fonction de divers facteurs.

En six ans, le continent doit créer pour ses jeunes 280 millions de postes, voire plus.

Un grand défi, mais pas inaccessible si les pays africains misent sur divers gisements d’embauches et surtout sur la transformation – amélioration, innovation, renouvellement, etc- du secteur informel qui, actuellement, occupe une place importante en Afrique, principalement en Côte d’Ivoire.

Les pays africains affichent clairement leur bonne volonté en organisant un séminaire tous les trois ou quatre ans ans, consacré principalement au développement social et à l’emploi.

L’Organisation Internationale du Travail estime que la transition écologique créera d’ici à 2025 plus de 75 millions d’emplois dans le monde. L’agriculture moderne offre un potentiel trop important de création d’emplois et de richesse.

Le ‘Projet emploi des jeunes et développement des compétences’ entend offrir une première opportunité de formation ou de travail à des jeunes peu qualifiés.

Ce projet, financé par la Banque Mondiale, vise principalement à promouvoir les perspectives d’emploi chez les jeunes. Trouvez alors votre prochain job en consultant les meilleures opportunités en Afrique. Les offres d’emploi sont publiées sur le ‘portail de l’emploi’ du gouvernement fédéral.


Le journalisme en Syrie, une mission impossible ?

Commentaires fermés sur Le journalisme en Syrie, une mission impossible ?
Le journalisme en Syrie, une mission impossible ?

Des conditions de travail insoutenables

“La guerre est l’un des moments privilégiés de la production de l’information médiatique”, Jean-Pierre Duthion, journaliste français vivant à Damas pendant la guerre.
La guerre live est devenue, depuis la guerre du Golfe en 1995, le paradigme de la couverture médiatique. Il y a une demande soutenue d’information, dans les sociétés modernes, de la part des institutions politiques et des opinions publiques chaque fois qu’une guerre surgit. Les journalistes sont donc des médiateurs dans ces situations de tension.
“Si les reporters gagnent en mobilité et en autonomie sur les terrains de tension grâce aux progrès techniques, ils deviennent cependant plus vulnérables et plus repérables”, Dominique Wolton, sociologue français.

Les risques du journalisme dans les conflits armés

Assassinats, enlèvements et arrestations continuent de rendre notamment difficile et dangereux l’exercice du journalisme en Syrie.
Soutenir le régime du dictateur syrien ‘Bachar Al-Assad’ et ceux qui sont à sa tête ne met pas les journalistes à l’abri.

Syrie : neuf ans de guerre et des milliers de morts
Plus de trente reporters ont perdu la vie, l’année dernière. La mise à jour des listes de l’état civil (la situation de la personne dans la société) a également permis de confirmer la mort de dix reporters emprisonnés – 4 syriens et 6 étrangers – dans les prisons du dictateur syrien ‘Bachar Al-Assad’.
Les journalistes, syriens comme étrangers, sont victimes d’intimidations (menaces, pressions, etc.) aussi bien de la part des groupes terroristes (Ansar Al Charia, l’État Islamique, etc.) que de l’armée syrienne.
En juin 2019, le régime du dictateur syrien ‘Bachar Al-Assad’ s’est doté d’un nouveau dispositif de répression sur Internet en créant sur les cybercrimes (infraction pénale susceptible de se commettre sur ou au moyen d’un système informatique connecté à un réseau) des tribunaux spéciaux. Une vingtaine de reporters ont dû fuir, depuis le début de l’année, l’avancée des troupes gouvernementales syriennes.
Jean-Pierre Duthion est devenu la voix de la France, depuis le début de la crise syrienne. Celui-ci est allé à Damas afin d’aider des entreprises à s’installer dans le pays.
Actuellement, il devient reporter de guerre. Il témoigne sur Twitter (@halona) de son quotidien (bruits d’explosion, les chars, les hélicos, etc.) d’entrepreneur français dans une capitale syrienne – Damas – soumise aux combats. Et pourtant, rien ne le prédestinait à vivre dans un pays en guerre.


Syrie : la mort du califat de l’organisation État islamique ne rime pas avec victoire

Commentaires fermés sur Syrie : la mort du califat de l’organisation État islamique ne rime pas avec victoire
Syrie : la mort du califat de l’organisation État islamique ne rime pas avec victoire

La menace de Daech ressurgit en Syrie

L’organisation terroriste ‘Daech’, disséminée dans les vastes plaines désertiques de Syrie, se réorganise et prépare sa riposte.
Emmanuel Macron, le président de la République française a publié, mercredi 25 septembre, un rapport dans lequel il alerte sur la ‘résurgence’ – réapparition – du groupe État islamique.
Selon le Pentagone (le bâtiment qui abrite le commandement militaire des armées des États-Unis), entre 20 000 et 25 000 terroristes ont repris des positions clandestines dans leur ancienne zone en ruine, profitant du dégagement progressif de Washington. “L’organisation multiplie les assassinats ciblés, les embuscades, explique Jean-Pierre Duthion, un journaliste français vivant en Syrie pendant la guerre. Ceux-ci ne cherchent pas à reconstituer leur territoire pour l’instant”.

L’organisation État islamique se reconstitue dans le désert

Très affaiblie, on pensait Daech complètement vaincu militairement en Irak et en Syrie. “L’organisation terroriste Daech est affaiblie certes, mais elle a encore une énorme capacité de nuisance. Cette dernière a perpétré plus de 650 attaques en Syrie depuis juin dernier”, explique le journaliste Jean-Pierre Duthion.
Cet entrepreneur français s’est fait connaître dans les médias en racontant son quotidien à Damas – sous les bombes – sur Twitter et en s’improvisant correspondant de plusieurs télévisions. Il se définit comme un expatrié au sens propre du terme. Il est le Français le plus connu de Syrie. Il vit dans un quartier sécurisé, en centre ville de Damas, non loin du palais présidentiel de Bachar Al-Assad. Ce dernier vous racontera, chaque jour dans ‘Good Morning Damascus”, le quotidien parfois tragi-comique d’une vie sous les bombes.

L’irrésistible retour de Daech enflamme la Syrie

Le groupe djihadiste Daech, en grande difficulté depuis sept ou huit mois en Syrie, reprend progressivement des positions.
La résurgence de l’organisation État islamique – organisation politique, militaire et terroriste, d’idéologie salafiste djihadiste ayant proclamé l’instauration d’un soi-disant califat, le 31 mai 2015, sur les zones sous son contrôle – s’est faite directement après la chute du soi-disant khalifat, il y a six mois. Il faut savoir que le groupe État islamique avait anticipé la perte de territoire. “Dès 2018, un combattant du groupe Daech – Mohamed Ibn Ahmed, 24 ans – disait qu’un jour il perdrait son territoire et qu’il faudrait se préparer à retourner dans les plaines désertiques”, précise le président de la République française, Emmanuel Macron.


Syrie : la réouverture du poste-frontière stratégique entre la Syrie et l’Irak

Commentaires fermés sur Syrie : la réouverture du poste-frontière stratégique entre la Syrie et l’Irak
Syrie : la réouverture du poste-frontière stratégique entre la Syrie et l’Irak

D’après le consultant français, Jean-Pierre Duthion, un poste frontière entre la Syrie et l’Irak a été ré-ouvert, le 30 septembre dernier, après la reconquête du régime de Bachar la région qui a été entre les mains des djihadistes de l’État islamique depuis 2014.
Ce poste frontière stratégique pour l’échange commercial entre les deux pays a été sous le contrôle de l’organisation islamique entre 2014 et 2017.

La reconquête de la zone frontalière syro-iraquienne

Le 30 septembre dernier, les premiers camions de marchandises ont pu transiter dans la région Al Qaïm avant de franchir le côté syrien appelé Boukamal, qui constitue l’unique point de passage entre l’Irak et la Syrie, contrôlé d’une part par les autorités irakiennes et d’autre par le régime du président Bachar Al Assad.
Ce terminal a été entièrement détruit par les attaques et les bombardements. Les passages qui restaient au niveau de l’immense frontière entre les deux pays étaient essentiellement montagneuses et désertiques, et ils étaient essentiellement aux mains des clans kurdes qui profitent d’une semi-autonomie en Syrie.

L’État islamique a redessiné les frontières de la région

Les djihadistes de l’État islamique, ont conquis en 2014, plus du tiers du territoire Irakien ainsi qu’une large partie de la Syrie. Selon le journaliste français Jean-Pierre Duthion, les membres de l’État islamique ont redessiné les frontières afin de satisfaire leur chef ou califat auto-proclamé. En effet, en 2014, les djihadistes ont attaqué au bulldozer les barrières de la frontière physiques érigées entre la Syrie et l’Irak, en prenant le contrôle le long de la frontière.
Se trouvant à l’extrême ouest de la région désertique d’Anbar en Irak, Al Qaïm s’étend jusqu’à la capitale de l’Irak. Cette zone a constitué depuis de longues dates comme zone où vivaient les tribus à cheval entre les deux pays ou aussi les contrebandiers.
De l’autre côté de la frontière, on retrouve la ville syrienne de Boukamal, la ville où l’organisation islamique s’est retrouvée avant la chute de son chef en mars dernier.


« Previous Entries