subscribe: Posts | Comments

Une troisième plainte vise le théologien suisse

Commentaires fermés sur Une troisième plainte vise le théologien suisse
Une troisième plainte vise le théologien suisse


Une nouvelle plainte met à mal la défense du théologien

Le mercredi 7 mars à Paris, l’islamologue très controversé Tariq Ramadan, a fait l’objet d’une troisième plainte de la part d’une quadragénaire française. Cette dernière déclare avoir été plusieurs fois sous l’emprise du Suisse entre 2013 et 2014. La Française, musulmane, a préféré garder l’anonymat selon des sources proches du dossier et a choisi le pseudonyme de ‘‘ Marie ’’.
Selon la rédaction de la chaîne de radio française et internationale Europe 1, on apprend que la plaignante avait confié au prédicateur son  » lourd passé d’escort girl  », qui aurait fait partie des ‘‘ femmes rémunérées pour avoir entretenu des relations intimes avec l’économiste et le politicien français, Dominique Strauss-Kahn dans l’affaire du célèbre hôtel Carlton de Lille.

L’homme déjà inculpé pour des faits similaires

Suite aux plaintes de deux femmes qui l’ont accusé d’acte immoral, l’intellectuel suisse Tariq Ramadan, a été mis en examen le 2 février 2018. Deux plaintes qui ont débouché sur une information judiciaire en octobre dernier, et qui ont été confiées à trois juges d’instruction.
Craignant une éventuelle fuite, une réitération des faits ou des pressions sur les plaignantes ou témoignes, la justice avait incarcéré le théologien (qui dément catégoriquement toutes ces accusations) en banlieue parisienne à la prison de Fleury-Mérogis, où il est enfermé dans une cellule à l’isolement.

Détention contestée


Le maintien en détention du petit-fils du fondateur de la confrérie égyptienne islamiste des frères musulmans, Hassan El Banna, a dès le début suscité un vif émoi auprès de la communauté musulmane française et européenne en générale. Certains partisans, dénoncent un ‘‘ deux poids deux mesures ’’ voire même ‘‘ un complot ’’ contre l’une des rares figures de l’islam européen.
Pour contester la décision de la Cour d’appel qui a été confirmée sur la base d’un premier examen médical, la défense de Tariq Ramadan avait invoqué la dégradation subite et préoccupante de son état de santé. Le présumé affirme souffrir depuis quelques années de deux pathologies, une sclérose en plaques et une autre neuropathie périphérique (non encore identifiée), deux maladies nécessitant l’administration d’un lourd traitement médical.
Selon des sources proches de l’affaire, l’inculpé ne bénéficierait pas en prison des soins nécessaires et adaptés à ses maladies.
La défense dénonce également, la réalisation d’une première expertise médicale ‘‘ sommaire et incomplète ’’. Une expertise qui aurait été faite par un médecin qui n’aurait même pas disposé du dossier complet de son patient.

‘‘ Le théologien a été hospitalisé le vendredi 16 mars et admis aux urgences le jour même, au Centre hospitalier sud-francilien à Corbeil-Essonnes ’’, a confirmé l’AFP.

Pour confirmer le diagnostic de ces pathologies qu’elle juge ‘‘ incertain ’’, la chambre d’instruction, avait récemment ordonné la réalisation d’une nouvelle expertise médicale complète et approfondie, afin de pouvoir statuer sur son placement en détention provisoire et sa compatibilité avec son état de santé.
Les juges ont confié cette charge à deux experts indépendants, qui devront remettre leur rapport au plus tard le 15 avril.

Comments are closed.