subscribe: Posts | Comments

Congo-Brazzaville : plusieurs sociétés comptent investir plus de 222 milliards de FCFA au pays

Commentaires fermés sur Congo-Brazzaville : plusieurs sociétés comptent investir plus de 222 milliards de FCFA au pays
Congo-Brazzaville : plusieurs sociétés comptent investir plus de 222 milliards de FCFA au pays

Selon les dernières actualités partagées par les médias nationaux, neuf sociétés privées ont affirmé qu’ils ont eu l’agrément de la part de la Commission nationale des investissements, le 23 décembre dernier, afin d’investir au emploi au Congo-Brazzaville.

Neuf sociétés à capitaux privés

Durant sa dernière session de 2020, la 4e de l’année, la Commission nationale des investissements a analysé 11 dossiers de candidatures, parmi lesquels 10 nouveaux dossiers, ainsi qu’un en réexamen vu qui a été recalé lors de la dernière session.
Au bout de cette session, sept dossiers ont été acceptés en leur donnant l’agrément d’office. Selon le responsable de la Commission nationale des investissements, trois dossiers ont eu l’agrément sous réserve, en invitant les entreprises concernées de compléter leurs dossiers. Toutes ces entreprises comptent investir dans plusieurs secteurs porteurs de croissances économiques dans le pays, comme l’agro-industrie, les travaux publics, les bâtiments, les télécommunications, le domaine des services, l’agriculture, les transports et l’industrie.
En investissant dans ces différents secteurs, ces entreprises qui ont des capitaux privés contribueront dans la lutte contre la pauvreté en créant des emplois dans le marché du travail congolais. En effet, ces projets, s’ils venaient à se mettre en place, permettront l’investissement global de plus de 222 milliards de Fcfa et participeront à la création de plus de 695 offres d’emploi au Congo-Brazzaville.

L’investissement privé comme moteur de croissance économique

Jean Raymond Dirat, le président de la Commission nationale des investissements, a affirmé qu’il est temps que l’économie nationale songent aux investissements à capitaux privés comme l’unique solution pour soutenir la croissance économique du pays. D’après Jean Raymond Dirat, l’investissement privé constitue dorénavant le moteur de la croissance économique du pays. Il est important de mentionner que la contribution de l’investissement privé, depuis 2016, à la croissance nationale est assez faible. En effet, d’après l’estimation la part des investissements privés dans le développement national était de -72 %. Toutefois, selon les prévisions de 2021, la contribution de ces investissements dans le développement national est positive. Selon Jean Raymond Dirat, le gouvernement espère que la croissance économique du pays aille mieux grâce à ces nouvelles initiatives. Surtout que les autorités congolaises ont multiplié la part d’investissements privés par deux entre cette session et la session précédente.


Ramadan 2020 et Coronavirus : “Si la forme change, l’esprit va être gardé”

Commentaires fermés sur Ramadan 2020 et Coronavirus : “Si la forme change, l’esprit va être gardé”
Ramadan 2020 et Coronavirus : “Si la forme change, l’esprit va être gardé”

Les lieux de culte ne rouvriront pas le mardi 12 mai 2020. À l’heure du déconfinement, les mosquées, salles de prières, synagogues et temples de France resteront portes closes, a fait savoir Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur.
Le ministre de l’Intérieur a précisé, ce jeudi, lors d’une visioconférence organisée avec les représentants des organisations laïques et des principaux cultes, qu’une évaluation serait essentielle, courant juillet-août, avant une éventuelle réouverture.
L’esprit du mois béni de Ramadan (1441-2020) va être différent dans le monde entier.
En attendant, les imams de mosquées et les fidèles français s’organisent afin de maintenir leurs pratiques religieuses dans ce contexte de pandémie. Les imams de France prévoient de diffuser des sermons (discours prononcé dans des circonstances religieuses) par le biais des réseaux sociaux (Instagram, Facebook, YouTube, WhatsApp, etc.), pour leurs fidèles.
Le respect des mesures de confinement, en vigueur depuis lundi 16 mars, relève du défi pour les musulmans de France, particulièrement à cette période pendant laquelle les rassemblements sont inéluctables à la rupture du jeûne (Al Iftar) quotidien. Tout comme pour les juifs et les chrétiens, la technologie (ou Internet) est toutefois d’un précieux secours.

Confinement : un ramadan au goût particulier pour les musulmans de France

Le ramadan 2020, correspondant à l’année 1441 de l’hégire, sera très différent et particulier avec la pandémie de Covid-19 qui a occasionné la fermeture des lieux de culte à travers le monde. Les deux milliards et demi de musulmans dans le monde vont alors observer le jeûne (l’un des cinq piliers de l’Islam) différemment.
Le ramadan, mois sacré de l’Islam, est pour les musulmans, notamment les croyants, une période de solidarité, de charité, de ferveur et de dévotion. C’est au cours de ce mois béni que Muhammad, le Messager de Dieu, a reçu la première révélation composant le Coran, le Livre Saint de l’Islam.
La pandémie de Covid-19, qui sévit un peu partout sur la planète, a poussé les autorités religieuses et administratives à inviter les croyants à prier chez eux, jusqu’à nouvel ordre.
Depuis le début du confinement, certains croyants ont recours à Internet pour communier avec leurs proches, amis, familles… “Le ramadan 2020 peut très bien se vivre en période de confinement. La pratique du jeûne n’est pas impactée directement par le contexte actuel.
Ce qui va être affecté, c’est le côté sociologique, culturel : c’est un mois de convivialité, de rassemblement, mais également de solidarité”, indique le président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), Moussaoui Mohamed.
Le CFCM a donné des instructions pour vivre le mois béni de ramadan 2020 en temps de confinement. Le calendrier du mois de ramadan 2020 (horaire de l’Imsak et de l’Iftar) est disponible sur leur site officiel.


Coronavirus : un ramadan sans précédent

Commentaires fermés sur Coronavirus : un ramadan sans précédent
Coronavirus : un ramadan sans précédent

Semaine inédite pour l’Islam de France, qui, en raison des mesures de restrictions de rassemblement et de déplacement, va vivre son ramadan 1441-2020 en confinement.
À l’instar de plusieurs pays musulmans, comme la Tunisie, le Maroc, l’Algérie, Koweït, Bahreïn, ou l’Arabie Saoudite, les rituels de ce mois béni seront grandement modifiés.
Ce jeudi 23 avril, à 17h30, les membres du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM : instance créée en 2003 et concourant à la coordination des événements musulmans en France) et les présidents des fédérations musulmanes se réuniront à la Grande Mosquée de Paris afin de décider de les horaires du Ramadan 2020.
“Le premier jour du mois de Ramadan 2020 sera, très probablement, le vendredi 24 avril”, ajoute Moussaoui Mohamed, le président du conseil.
Cette date, prévisible par le calcul astronomique, serait normalement confirmée par l’observation de la nouvelle lune, qui apparaîtra le jeudi à 4h32, heure locale, lors de la nuit du doute (Laylat Al Chak). C’est une très vieille tradition religieuse.
Le Prophète Muhammad dit : il faut utiliser la méthode d’observation de la nouvelle lune afin de connaître le début des mois lunaires.
À cette époque, les Arabes étaient analphabètes, incapables d’écrire ou de lire. Donc, ils ne pouvaient pas se baser sur le calcul pour ce faire. Ils devaient commencer le jeûne du mois béni de Ramadan à l’apparition de la nouvelle lune. Les règles de la religion sont, selon Mohamed Moussaoui, le président du CFCM, basées sur ce qui est le plus facile à faire pour les gens.
Dans un message aux musulmans de France (MF), Mohamed Moussaoui vient de donner quelques conseils pour la bonne tenue du mois de Ramadan 2020.

Malgré le confinement, l’esprit du partage de Ramadan doit s’exprimer

Le mois du Ramadan 2020 approche à grands pas ! Les membres du Conseil Français du Culte Musulman et les présidents des fédérations musulmanes, réunis en visioconférence, jeudi 16 avril, se sont penchés sur les préparatifs du mois béni de Ramadan 1441 avec l’éventualité du prolongement de la période de confinement. Ces derniers appellent les responsables religieux et les imams à maintenir les mosquées, les salles de prières, fermées, jusqu’à nouvel ordre, et incitent les musulmans à accomplir leurs prières quotidiennes chez eux,.
“Pour les repas de rupture du jeûne, il est recommandé de se rapprocher de toutes les forces vives ainsi que des associations humanitaires et caritatives de notre pays pour apporter notre contribution, notre soutien, à l’effort national en direction des plus démunis”, ajoute Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris.


Coronavirus : aucun culte dans les mosquées, les temples et les églises à partir de ce lundi en France

Commentaires fermés sur Coronavirus : aucun culte dans les mosquées, les temples et les églises à partir de ce lundi en France
Coronavirus : aucun culte dans les mosquées, les temples et les églises à partir de ce lundi en France

Le Ramadan 2020, sera-t-il bouleversé par le confinement ?

Avec l’instauration du confinement en France, les mosquées ont fermés leurs portes et n’assurent plus l’organisation des prières quotidiennes.
“La date du 25 avril, prévisible pour le début du mois de Ramadan 2020 par le calcul astronomique, sera probablement confirmée par l’observation de la nouvelle lune”, indique Mohamed Moussaoui, le président du Conseil Français du Culte Musulman.
Le calendrier du mois de ramadan 2020 est disponible sur le site officiel du CFCM.
En cas de prolongation de la période de confinement en France, la Grande Mosquée de Paris, à l’image des autres lieux de culte (églises, synagogues, etc.), n’accueillera pas plus de 10 fidèles, à condition de respecter rigoureusement les règles de distanciation sociale.

Garder le lien grâce aux réseaux sociaux et aux médias

Avec la fermeture des mosquées (Grande Mosquée de Lyon, Grande Mosquée de Paris, Mosquée d’Évry-Courcouronnes, etc.), les musulmans, notamment les pratiquants, vont devoir vivre ce mois sacré de l’Islam sans rassemblement.
“Les fidèles de confession musulmane ont vraiment besoin d’un accompagnement psycho-spirituel”, ajoute Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris.
Le Conseil Français du Culte Musulman appelle ainsi les imams de mosquées et les responsables religieux à user de tous les moyens possibles afin de continuer à maintenir le contact avec les fidèles. Il a en effet appelé les imams à doubler, voire tripler, d’efforts afin de les accompagner dans leur vie spirituelle.
“Réaliser des enregistrements vidéo ou audio, et les diffuser par les réseaux sociaux, pourrait aider amplement nos fidèles à surmonter la contrainte de confinement.
Il est important de rappeler que la pratique du jeûne (l’un des cinq piliers de l’Islam avec la profession de foi, la prière, l’aumône légale, et le pèlerinage à La Mecque) n’est pas affectée par l’épidémie du coronavirus”, ajoute Mohamed Moussaoui, le président du Conseil.
Les fidèles peuvent accomplir leurs prières journalières chez eux. Chaque vendredi, Hassen Chalghoumi, imam franco tunisien, diffuse son son sermon, en direct, via Facebook et se tient disponible pour répondre à toutes les questions.
“Les plus hautes autorités religieuses ont fait preuve de créativité dans l’utilisation des nouvelles technologies et des médias traditionnels pour garder le lien entre les fidèles, et entre communautés et célébrants”, a fait savoir Edouard Philippe, le Premier ministre.
Grâce aux réseaux sociaux et aux médias, divers représentants des religions parviennent à garder le lien avec leur communauté.


Pas de report pour le mois de ramadan, mais des adaptations aux mesures de confinement

Commentaires fermés sur Pas de report pour le mois de ramadan, mais des adaptations aux mesures de confinement
Pas de report pour le mois de ramadan, mais des adaptations aux mesures de confinement

Selon le communiqué du CFCM, le Conseil français du culte musulman, il est vivement recommandé de vivre le mois de ramadan 2020 autrement. En effet, le mois du jeûne qui débutera le 24 avril prochain, serait fêté sous le signe du confinement total, mesure indispensable afin de mettre fin à la propagation de la maladie le Covid-19.

Un ramadan particulier

Dans le communiqué du CFCM publié par le site officiel du Conseil, Mohammed Moussaoui, le président de l’institution représentative du culte musulman, a assure que le confinement risque de se prolonger durant le mois de jeûne, plusieurs semaines. Par conséquent, il invite les musulmans de l’hexagone d’adapter leur pratique de prière durant les heures de prière de ramadan 2020, du jeûne et de rupture de jeûne aux différentes contraintes du confinement.

Toutefois, malgré toutes ces conditions sanitaires particulières dans lesquelles aura lieu le mois de ramadan 2020, les fidèles de France ne seront pas dispensés de cette pratique traditionnelle du jeûne. En effet, le président du Conseil français du culte musulman, invite les musulmans à conserver leur habitude de jeûne en dépit des mesures du confinement.

Il est important de rappeler qu’il existe plusieurs dérogations au jeûne du mois de ramadan telles que la vieillesse, la grossesse, la maladie et tous ceux qui peuvent justifier une exemption personnelle.

Les prières collectives annulées

Toutefois, à cause des mesures de confinements, les repas collectifs qui sont souvent organisés par les mosquées lors de la rupture du jeûne, seront fort probablement annulés durant ce mois béni, a assuré le responsable du Conseil français du culte musulman. Néanmoins, l’institution assure que plusieurs solutions alternatives sont d’ores et déjà en cours d’élaboration afin que l’esprit de ce mois sacré en Islam perdure malgré les nouvelles conditions.

Enfin les prières surérogatoires, appelées le Tarawih qui ont lieu le soir après la rupture du jeûne, s’ajoutent aux prières obligatoires, durant le mois de ramadan, ne pourront pas avoir lieu d’une manière collective. Le Conseil assure que ces prières, certes, sont fortement conseillées toutefois, ils ne sont pas obligatoires.


« Previous Entries