subscribe: Posts | Comments

Investir dans les sociétés de financement de l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel

Commentaires fermés sur Investir dans les sociétés de financement de l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel
Investir dans les sociétés de financement de l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel

     Les avantages fiscaux d’une SOFICA

  La SOFICA est un très bon moyen d’encourager l’économie cinématographique française.

    Les pouvoirs publics ont mis en place le dispositif des SOFICA dans le cadre de leur politique de soutien au cinéma. Ce mécanisme permet aux investisseurs – particuliers comme professionnels – de bénéficier d’une minoration d’impôt sur le revenu (IR) pouvant atteindre 25 millions d’euros, sous réserve de respecter certaines conditions.

   Cet avantage fiscal a été créé en 1992 pour favoriser le développement de la production d’œuvres audiovisuelles et cinématographiques. En contrepartie d’une détention de parts de sociétés de financement de l’audiovisuel et du cinéma, l’investisseur bénéficie d’une minoration d’impôt sur le revenu (IR) très intéressante.

La minoration d’impôt pourra être portée à 73 % si la société bénéficiaire s’engage à réaliser 13 % au moins de ses financements dans le capital d’entreprises de réalisation françaises avant le 3 mai de l’année suivante. Ce taux peut atteindre 83 % si en plus de l’engagement précédent, la société consacre 26 % minimum de ses financements au développement d’œuvres audiovisuelles d’animations, de documentaires ou de fiction sous forme de séries.

     Chaque SOFICA dispose de sa propre politique de gestion et investit dans le but d’atténuer le risque encouru. C’est pourquoi il est un peu difficile d’estimer le rendement de la société dans laquelle on investit.

  L’Union Financière de France, distributeur de parts de SOFICA, précise que la performance de celles-ci, avantage fiscal inclus, se situe entre 10. 6 et 14. 9 % par an.

    Pour rappel : la SOFICA représente une piste de diversification très intéressante pour réduire ses impôts, à condition de bien comprendre les difficultés qui y sont liées : capital non garanti, rentabilité incertaine, indisponibilité des fonds…

   Caractéristiques et fiscalité de l’investissement dans une SOFICA

  À vrai dire, les sociétés de financement de l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel constituent de purs produits de défiscalisation, dont la rentabilité est assurée par la réduction d’impôt – pouvant aller jusqu’à 83 %, l’unique avantage fiscal.

  Lors de la dissolution de la SOFICA, les fonds en sa possession se redistribuent aux investisseurs. Pour rappel : à leur dissolution, celles-ci ne restituent que 81 % du nominal de départ. Pour tenter d’améliorer le rendement, vaut mieux privilégier les sociétés à faible niveau d’adossement, plus rémunératrices.

    Donc l’investissement dans une SOFICA permet aux souscripteurs de bénéficier d’un investissement efficace et très rentable – à long terme – au cœur d’un secteur dynamique.

  Accessible à 4 500 euros, A Plus Image 7 – fondée par la société A Plus Finance – vous permet de bénéficier de l’attractive fiscalité des entreprises de financement de l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel. A Plus Finance, une société de gestion indépendante, a pour mission de préserver la pérennité et d’assurer l’efficacité du dispositif des SOFICA. 


Crowdfuning : les bonnes raisons pour investir directement dans les PME

Commentaires fermés sur Crowdfuning : les bonnes raisons pour investir directement dans les PME
Crowdfuning : les bonnes raisons pour investir directement dans les PME

Formant une alternative ou complément à l’investissement traditionnel qui constitue un vecteur de création de valeur et d’emplois dans le secteur industriel en France, le financement participatif occupe une grande place dans le paysage des investissements des PME.
Selon la société de gestion indépendante spécialisée dans l’investissement des PME, A Plus Finance, des dizaines de projets innovants ont fait appel au financement participatif.
Dans cet article, nous traiterons les raisons qui poussent l’investisseur d’opter à investir directement dans les PME.

L’investissement directement dans les PME

Comme pour tout placement, investir dans une PME comporte un certain niveau de risque de perte soit totale soit partielle de son capital initial. Toutefois, en ayant toutes les informations complètes sur l’entreprise et en étudiant attentivement le placement avant d’investir, l’investisseur pourrait profiter de plusieurs avantages. En effet, l’investissement dans les PME permet d’offrir un potentiel de rentabilité qui est assez supérieur à celui des plus grandes sociétés.
Les petites et moyennes entreprises sont plus petites et plus agiles, elles peuvent prétendre à des taux de développement assez élevés. Selon l’étude menée par l’AFIC portant sur le développement moyenne des placements sur la décennie entre 2007 et 2016, Les PME ont enregistré une croissance moyenne de 8.7 %, devançant l’investissement dans l’immobilier qui a enregistré 5.2 %, suivi par le CAC 40 qui a enregistré 3 % et enfin le Livret A qui est de 0.75 %.

Les avantages fiscaux

Au delà de la rentabilité qui est très souvent intéressante, investir dans les entreprises présente aussi l’intérêt de pouvoir bénéficier des avantages fiscaux par l’intermédiaire de deux dispositifs qui sont non-cumulables qui sont l’IR-PME et le PEA/PEA-PME.
Selon la loi Madelin, depuis 2018, l’investisseur dans le capital d’une PME peut profiter d’une réduction de l’impôt sur le revenu de 18 % de la somme investie. À condition, que l’investissement est réalisé sous forme d’actions dans une entreprise constitué de moins de 250 salariés et possédant un chiffre d’affaires inférieur à 50 millions d’euros.
Le PEA-PME permet à l’investisseur d’être exonéré d’impôt sur le revenu, ainsi que la plus values au-delà de 5 ans de détention des titres. Le plafond passe alors de 50 000 dans un investissement traditionnel dans une PME, à 150 000 euros.
Selon le responsable de la société de gestion indépendante A Plus Finance, au delà des performances financières, investir dans des PME et des TPE permet à l’investisseur de soutenir le Made in France.


Comment améliorer le financement des PME et faciliter leur développement ?

Commentaires fermés sur Comment améliorer le financement des PME et faciliter leur développement ?
Comment améliorer le financement des PME et faciliter leur développement ?

Les principes d’une bonne gestion financière

La plus grande force de la gestion financière – ainsi que sa plus grande faiblesse – est sa focalisation sur la maximisation de la valeur. Cette dernière permet à la finance de développer des théories et des modèles puissants concernant la façon d’investir et de préserver sa cohérence interne, de se financer et de distribuer des dividendes. Toutefois, on peut objecter que toutes les conclusions qui découlent de la gestion financière sont conditionnées à l’acceptation préalable de la maximisation de la valeur comme unique et seul objectif de la prise de décision.

La part de marché, un enjeu crucial pour les sociétés

Une théorie développée autour de multiples objectifs peut créer des situations embarrassantes lorsqu’il faut prendre une décision. Si l’on ne privilégie pas un objectif, il n’y a pas de façon systématique de prendre des décisions.
Il faudrait donc un plan d’analyse (global) des projets pour les classer dans un ordre raisonnable de rentabilité des investissements. Par conséquent, quatre dirigeants examinant un projet peuvent tirer quatre conclusions différentes à-propos de sa viabilité.
Il existe un très large consensus, au moins parmi les théoriciens de la gestion financières, que l’objectif de la firme est la maximisation de la valeur. Quelques désaccords apparaissent concernant le fait de savoir si l’objectif de maximisation concerne la valeur de la part des propriétaires, ou la valeur totale de la firme, laquelle inclurait, en plus des actionnaires, les autres parties prenantes (les créanciers, etc.). De plus, même parmi ceux qui sont favorables à la maximisation de la richesse des actionnaires, surgit un débat concernant la substitution de cet objectif par celui, plus restreint, de maximisation du cours de l’action. Ces objectifs dépendent en partie des hypothèses qui les fondent. Le moins restrictif des trois objectifs demeure cependant, en termes d’hypothèses requises, celui de maximisation de la valeur de la firme, et le plus restrictif est celui de maximisation du cours des actions.
La société de gestion “A Plus Finance” lance son “réseau experts” dédié au soutien des PME. Ce réseau (basé sur la proximité et l’efficacité) regroupe des membres de grandes sociétés et des professionnels indépendants. Cette idée permet aux gérants d’accéder à des experts capables de les aider à développer au mieux leur société. A Plus Finance dégage la meilleure rentabilité pour les souscripteurs de ses fonds. Son savoir-faire repose sur l’expertise de ses équipes de gestion.


Tout savoir sur la diminution d’impôt sur le revenu « Madelin »

Commentaires fermés sur Tout savoir sur la diminution d’impôt sur le revenu « Madelin »
Tout savoir sur la diminution d’impôt sur le revenu « Madelin »

Investir dans les PME ou TPE est de plus en plus apprécié par les investisseurs français surtout pour les avantages fiscaux que peuvent offrir ce type de placement.
Comment profiter de ces avantages ? Dans quelle entreprise faut-il investir ?
Grâce à l’expertise de Guillaume Pellery, directeur d’investissement chez la société de gestion A Plus Finance, vous saurez tout sur l’investissement dans les PME et ses avantages fiscaux.

Qui peut profiter de la réduction d’impôt pour l’investissement dans le capital d’une PME ?

Le système Madelin est un dispositif qui est ouvert à toute personne qui est fiscalement domiciliée en France et qui a investi directement au capital d’une petite et moyenne entreprise en phase de démarrage, d’amorçage ou d’expansion.
Le versement qu’effectue l’investisseur doit être en numéraire, c’est-à-dire sous forme d’espèces, de virement ou de chèque. Les versements doivent constituer des souscriptions sous la forme soit de part sociales soit de titres de capital. Il est important de rappeler que les apports en compte courant et les souscriptions d’obligations ne constituent pas des souscriptions en capital.
Toutefois, il est possible qu’un investisseur effectue des placements dans des PME en passant par des sociétés holding à condition que ces dernières aient pour objectif l’investissement dans des entreprises elles-mêmes éligibles pour le système Madelin.

Dans quelles entreprises investir afin de profiter de la réduction d’impôt ?

Selon la société de gestion spécialisée dans l’investissement des PME, A Plus Finance, pour qu’une société soit éligible à la réduction d’impôt Madelin, elle doit respecter un nombre de conditions :
– Posséder un siège social en France ou dans un pays de l’espace économique européen.
– Respecter la définition européenne des PME.
– La société doit être créée depuis moins de 5 ans. Il est aussi possible d’investir dans une entreprise ayant moins de 7 ans, à condition que l’investissement soit sur un nouveau marché de produits ou géographique.
– L’entreprise ne doit pas être en difficulté tout en respectant la réglementation européenne.
– Elle doit être soumise à l’IS ou l’impôt sur les sociétés et réaliser une activité industrielle, commerciale, agricole ou artisanale.
– La société ne doit pas être cotée en bourse
– Elle doit employer au moins 2 salariés à la clôture de l’exercice suivant la souscription.


Comment devenir un chasseur immobilier ?

Commentaires fermés sur Comment devenir un chasseur immobilier ?
Comment devenir un chasseur immobilier ?

Débarquant depuis les années 90 dans l’hexagone, la chasse immobilière ne s’est développé en France que durant les années 2000. Parmi l’un des leaders chasseur immobilier bordeaux , on peut citer, Homelike Home, qui ne se préoccupe que des intérêts des futurs acquéreurs cherchant le bien idéal essentiellement sur Paris, Bordeaux et Aix-en-Provence. Toutefois, beaucoup confondent encore entre chasseur immobilier et agence immobilière.
Différence entre agence immobilière et chasseur immobilier

Alors que l’agent immobilier défend exclusivement les intérêts des vendeurs du bien, le chasseur immobilier comme Homelike Home ne se préoccupe que des intérêts de l’acquéreur. En effet, les métiers sont complètements différents. Le chasseur de bien travaille essentiellement pour le compte de l’acheteur, alors que l’agent immobilier est plutôt au service du vendeur ou propriétaire du bien.
Chacun possède un type particulier de clientèle, l’agent est mandaté par le vendeur en signant un mandat de vente, alors que le chasseur est mandaté par l’acheteur en signant un mandat de recherche.
En outre, entre les deux métiers, on peut remarquer une différence au niveau du suivi proposé à leur client. Tandis que les agents immobiliers gèrent des centaines de dossiers, le chasseur de bien se concentre sur seulement 3 à 4 clients au même temps proposant ainsi un suivi personnalisé plus approfondi et plus poussé. Ce qui est sûr, c’est que ses deux métiers sont bien différents, néanmoins, elles se complètent.
Selon l’avis des professionnels dans l’immobilier, la formation des chasseurs de bien se fait plus au niveau du terrain que sur les bancs des universités. Pour l’instant, il n’existe aucune formation qui est dédiée à ce métier, toutefois, il sera plus intéressant de choisir des études portant dans le secteur de l’immobilier.

Devenir chasseur de bien

Malgré qu’il existe des formations pour devenir agent immobilier, il n’existe aucune formation pour devenir chasseur de bien. Alors, afin de devenir un bon chasseur, il est donc recommandé d’avoir un cursus dans une filière plus générale en passant un baccalauréat S, L ou encore ES. Et ceci parce que ces filières peuvent assurer au chasseur d’avoir une bonne culture générale. Il est intéressant aussi d’avoir une formation dans une filière immobilière comme BTS immobilier, permettant ainsi d’avoir une bonne connaissance sur le métier et surtout le marché de l’immobilier. En outre, ce genre de formation peut allier la théorie à la pratique.
D’autres formations peuvent être envisagées afin de devenir chasseur de bien comme BTS négociation et relation client, Brevet professionnel professions immobilières ou même DUT carrières juridiques.


Ramadan : moins de deux semaines pour changer d’habitude

Commentaires fermés sur Ramadan : moins de deux semaines pour changer d’habitude
Ramadan : moins de deux semaines pour changer d’habitude

Ce n’est pas un hasard que le mois de ramadan comporte entre 29 et 30 jours puisque selon les scientifiques, il faut au moins 30 jours pour qu’une personne puisse changer ses habitudes comportementales. Certains comme l’auteur de Psycho-cybernétique, Maltz Maxwell, trouve qu’une personne peut s’adapter à un nouveau changement après 21 jours. En effet, Maxwell explique que le fonctionnement des processus subconscients permet à chaque personne d’apporter une amélioration à son comportement.

Qu’est-ce qu’une habitude ?

Selon le dictionnaire, une habitude, c’est une façon de faire ou un comportement qui est créé chez une personne d’une façon répétitif. En effet, lorsqu’une habitude est ancrée, la personne l’effectue d’une façon inconsciente, comme en mode pilotage automatique.
Selon Joseph Jean Gurney, l’auteur du livre « De l’habitude et de la discipline », les habitudes se créent par des degrés imperceptibles, la manière de s’exprimer ou de penser, le geste, la ligne de tout cela est adopté à notre insu, et avant même que nous ayons eu le temps de nous en rendre compte, l’habitude grandit comme une plante, d’une façon sûre et constante.
Le corps humain est en pilotage automatique. La routine et l’habitude nous permettent d’effectuer des actions sans réfléchir, comme marcher, conduire ou s’habiller et prier.
L’humain apprend tout au long de sa vie des gestes et des comportements. En effet, l’habitude, c’est comme une recette que vous avez appris à le faire tout en le répétons plusieurs fois.


L’habitude facilite les taches de tous les jours

Apprendre de nouvelles habitudes tout au long de nos vies nous permet de laisser notre attention, aux choses les plus importantes.
Comment reconnaître une bonne habitude ? L’habitude qui vous permet d’évoluer et d’avancer afin d’atteindre vos objectifs est une bonne habitude. Par contre, les mauvaises habitudes peuvent empêcher d’aller vers vos objectifs. L’habitude peut participer dans la création des sentiments et des émotions négatifs.

Ramadan le mois de tout les changements

Changer nos habitudes exige de grands efforts, afin de pouvoir maîtriser la nouvelle situation, qui est d’ailleurs l’un des objectifs du mois de ramadan. Selon le hadith authentique du prophète, « Celui qui n’abandonne pas les mauvais comportements et le mensonge alors Allah n’a pas besoin qu’il se prive de nourriture et de boisson ». C’est pour cette raison que le mois de ramadan est une occasion pour que le musulman change ses habitudes en adoptant un meilleur comportement.

Pour plus de détails vous pouvez consulter le calendrier ramadan 2019 et les horaires.


« Previous Entries