subscribe: Posts | Comments

Le gouvernement opte pour le rapatriement des djihadistes français de la Syrie

Commentaires fermés sur Le gouvernement opte pour le rapatriement des djihadistes français de la Syrie
Le gouvernement opte pour le rapatriement des djihadistes français de la Syrie

D’après Jean Pierre Duthion, le journaliste français qui a vécu plus de 7 ans en Syrie, le gouvernement a jugé préférable de rapatrier en France, tous ses ressortissants qui ont fait partie de l’organisation de Daech en Syrie. Selon le ministre de la Justice française, les ressortissants français qui sont partis rejoindre l’État islamique sont majoritairement détenus par les Kurdes. Ce changement de doctrine a suscité la colère de l’extrême droite en ravivant leur opinion face à la peur du terrorisme.

Le changement de doctrine du gouvernement

Selon Nicole Belloubet, le ministre de la Justice français, le gouvernement a fait le choix de rapatrier les citoyens français se trouvant en Syrie, en France. Toutefois, il a affirmé aux ondes de RTL, que le gouvernement français étudie encore différentes options.
Ce changement de doctrine de l’autorité, à provoquer de très vives réactions au niveau des classes politiques françaises. Surtout que le gouvernement avait récemment insisté que les djihadistes de nationalité française doivent être jugés par les autorités locales.
Jean Pierre Duthion, l’un des derniers français expatriés en Syrie, a affirmé que cette nouvelle situation est essentiellement en liaison avec le retrait des forces américaines de la région.
Une situation qui a certainement bouleversé la donne. Le gouvernement a expliqué qu’il se prépare déjà à un éventuel retour des djihadistes français qui sont actuellement au niveau du nord syrien.
Selon les autorités françaises, plus de 75 % des français détenus par les kurdes en Syrie, au niveau des camps sont essentiellement des enfants de moins de 7 ans.
Certes, le gouvernement français, réclame le rapatriement des djihadistes français, toutefois, il affirme que la position de l’autorité est toujours ferme, toute personne qui a commis un crime doit impérativement être jugés là où il l’a commis. Comme c’était le cas en Irak, avec la condamnation de certains français dans ce pays.

La situation en Syrie

Le porte-parole du Quai d’Orsay a expliqué « actuellement la situation en Syrie est assez compliqué. En effet, des régions au niveau du nord-est de la Syrie sont encore en guerre, et on craint que le retrait des forces américaines puisse entraîner la dispersion des terroristes. C’est pour cette raison que nous nous préparons à toutes les éventualités. Néanmoins, le gouvernement n’a qu’une seule mission c’est de garantir la sécurité des français ».
Mais la question qui se pose, concerne le sort des djihadistes français qui sont déjà détenus en Syrie. En effet, depuis des mois, le gouvernement français tente de trouver une solution pour ce casse-tête.


Couvrir la guerre en Syrie, une mission impossible ?

Commentaires fermés sur Couvrir la guerre en Syrie, une mission impossible ?
Couvrir la guerre en Syrie, une mission impossible ?

Un refus du journalisme…

Freelance ou envoyés spéciaux, les journalistes – étrangers comme syriens – risquent tous leur vie en Syrie. Les médias nationaux, accusés tour à tour d’exploiter les pigistes ou d’envoyer leurs reporters au casse-pipe (guerre), se défendent et reviennent sur leur mode de couverture du conflit.
“Compte-tenu de ce qui est arrivé, dernièrement, à la journaliste américaine “Marie Catherine Colvin”, on a décidé de ne plus demander à aucun reporter de couvrir le conflit syrien”.
En quelques mots, Philippe Gélie, chef du service international du Figaro, a mis fin au travail des pigistes (journaliste rémunéré à la tâche. Le statut de pigiste a pour intérêt de permettre de collaborer à plusieurs médias) pour le journal français.
Philippe Gélie justifie, dans un article du journal “Les Echos” (média français de référence), la nouvelle politique du magazine en arguant (en prétextant) le danger que les journalistes occidentaux courent. Choix scandaleux pour certains, héroïque pour d’autres…

“À Damas, les journalistes sont au cœur du danger”, Jean-Pierre Duthion, lors d’une interview.
Duthion Jean-Pierre se définit comme un “expatrié” au sens propre du mot. Ce dernier est allé à la capitale syrienne “Damas” pour aider des entreprises à s’installer dans le pays. Aujourd’hui, il devient reporter de guerre. Il est devenu un acteur incontournable pour les médias français. Il répond jusqu’à 30 interview par jour. On le voit sur la BBC, Itélé ou BFMTV, on l’entend sur Europe 1, on le lit dans les colonnes du Parisien…
Cet homme d’affaires français expatrié à Damas raconte en vrac sur Twitter (@halona) son quotidien dans la capitale syrienne.

L’enlèvement, risque n°1

Malgré une évidente volonté de faire appel à des journalistes expérimentés et une soif de terrain, les rédactions se heurtent depuis peu à certaines limites, celle de l’enlèvement (prises d’otages, etc.) en tête de liste. En deux ans, la situation a changé de façon radicale en Syrie.
Journaliste indépendant ou envoyé spécial ? Certains médias n’ont pas voulu choisir.
La majorité des rédactions françaises (TF1, Le Monde, le Figaro, etc.) privilégient le terrain et prennent toujours le risque d’envoyer leurs propres équipes.
En 2015, Jean-Pierre Pernaut, grand reporter pour TF1, s’est rendu quatre fois en Syrie. Ce dernier a eu de la chance de partir avec une assurance, une équipe et un réseau de combattants sur place.
“Actuellement, TF1 continue d’envoyer des journalistes, mais uniquement à Damas (la capitale syrienne)”, explique le reporter.


Couvrir la guerre en Syrie, une mission impossible ?

Commentaires fermés sur Couvrir la guerre en Syrie, une mission impossible ?
Couvrir la guerre en Syrie, une mission impossible ?

Bachar Al-Assad, maître du storytelling

La position du régime “Assad” vis-à-vis de l’entrée de journalistes a évolué au fil du conflit.
Les images de manifestations pacifiques (réalisé dans une intention de paix /réalisé sans violence), avec des enfants et des femmes, entraient en contradiction avec le storytelling (accroche narrative en français : une méthode de communication fondée sur une structure narrative du discours s’apparentant à celle des récits, des comptes, etc.) baasiste du terrorisme qui menace, entre autres, la sûreté de l’État. Alors, les journalistes occidentaux (Édouard Elias, Pierre Torrès, Didier François, Nicolas Hénin, etc) affluaient (arriver en grand nombre, en foule) dans les zones d’opposition : Alep, Hama, Homs, Damas, etc.
En 2014, tout a basculé avec les décapitations en série et les prises d’otages de journalistes occidentaux.

Syrie : le pays le plus dangereux pour les journalistes

En Syrie, 20 journalistes internationaux sont actuellement retenus en otages, plus de 80 journalistes syriens manquent à l’appel, kidnappés ou disparus. Dix sont morts sur le terrain, victimes de tirs de snipers ou de bombardements.
Selon RSF (Reporters sans frontières), plus de 260 journalistes morts en Syrie (dont 160 citoyens-journalistes), principalement à Damas, depuis le début du conflit.
L’attribution de visas suit généralement une logique politique. Tout dépend des contacts du journaliste à Damas, de son expérience du terrain syrien, de sa personnalité… et de ses positions vis-à-vis du régime de “Bachar Al-Assad”. Certains ont attendu dix mois, pour finalement, se voir opposer un refus. Les journalistes français sont toujours les bienvenus.

“Un des rares Français présents sur place”

Jean-Pierre Duthion, homme d’affaires français, se définit comme un “expatrié” au sens propre du terme. Malgré la guerre civile qui endeuille la Syrie, celui-ci refuse d’envisager un retour en France.
“Rentrer oui, mais pour quoi faire ? … Si je retournais en France, je serais étranger dans mon propre pays”, Jean-Pierre Duthion, lors d’une interview.
Aujourd’hui, il est devenu un témoin incontournable pour les médias français. Celui-ci raconte en vrac sur son compte Twitter (@halona) son quotidien dans la capitale syrienne. Cet homme d’affaires français expatrié à Damas fait donc, peu à peu, son apparition sur nos écrans. Présenté d’abord comme “un internaute sur place”, ce dernier répond jusqu’à trente interviews par jour. Devenu “journaliste” en quelques mois, celui-ci se fait désormais payer. Certainement son côté homme d’affaires.


PSG : le maillot du club de la capitale est toujours à vendr

Commentaires fermés sur PSG : le maillot du club de la capitale est toujours à vendr
PSG : le maillot du club de la capitale est toujours à vendr

Le président du club de la capitale, Nasser Al Khelaïfi cherche un nouveau sponsor maillot qui succédera à la compagnie aérienne Emirats, dont le contrat s’achèvera en juin prochain. Est-ce la compagnie aérienne Qatarie a vraiment le profil ?

À la recherche du bon sponsor principal

Certes, le temps presse et la pression a tendance à monter pour les dirigeants du PSG, puisque la fabrication des maillots pour la saison prochaine doit commencer très bientôt et le sponsor principal n’est pas encore connu, toutefois le PSG préfère prendre son temps pour trouver le bon sponsor.
Loin du problème logistique, le sponsor principal est essentiel afin de garantir les diverses dépenses du club de la capitale. En effet, le contrat actuel que possède le PSG avec la compagnie aérienne Emirates a pu rapporter plus de 20 millions d’euros par an. Le président du PSG, Nasser Al Khelaïfi a fixé l’objectif ambitieux de rejoindre, voir dépasser le gratin des clubs européens comme Manchester United et le FC Barcelone qui eux touchent prés de 50 millions d’euros par an. En essayant de négocier avec la compagnie aérienne Emirates afin d’élever le contrat à 80 millions d’euros par an, la stratégie du président n’a eu pour effet que refroidir la compagnie arienne émiratie qui a décidé de mettre fin à son contrat avec le PSG.
Le club de la capitale s’est retrouvé contraint à trouver en urgence un nouveau sponsor principal avant la fin du contrat. Selon le responsable de la communication du PSG, Jean-Martial Ribes, les marques qui seront intéressées par ce genre de sponsoring, doivent être puissantes au niveau économique et à la recherche de notoriété. Dans la plupart des temps ils sont soit des acteurs du moyen-orients soit de l’asie. En outre, le plus souvent sont des compagnies aériennes qui espèrent promouvoir l’ouverture de ses nouvelles lignes.

Une autre compagnie aérienne en vue ?

Ces derniers jours, le PSG aurait laissé circulé son intérêt à Qatar Airways ou à Air France, comme un sponsor principale. Toutefois, officiellement, le club de la capitale voudrait éviter de collaborer une nouvelle fois à une marque du Qatar, afin de ne pas reproduire le même problème que le contrat du QTA. En effet, les experts de l’UEFA chargé d’analyser le fair-play financier n’ont pas hésité de loucher sur les différents contrats qataris. « Afficher le nom d’une société qatari, le même pays du propriétaire du club ne serait pas forcément bien vu par l’UEFA » a expliqué Jean-Martial Ribes, directeur de la communication du PSG.
Néanmoins, ce qui est important pour le PSG, pour l’instant, c’est de bien jouer afin de garantir une qualification en huitième de finale parce qu’une élimination du premier tour constituera un handicap dans toutes les négociations.


PSG : le club nie toute discrimination ethnique

Commentaires fermés sur PSG : le club nie toute discrimination ethnique
PSG : le club nie toute discrimination ethnique

Suite à l’enquête interne effectuée sous la demande du président du PSG, Nasser Al Khelaïfi, le club a reconnu l’existence au niveau de certains centres de formation la mise en place d’un système de fiche qui contient des critères ethniques, mais le directeur général délégué, Jean-Claude Blanc assure que cette pratique n’a plus cours.

Les mesures qui seront mises en place par le PSG

L’enquête menée par un cabinet d’avocats externe au club et qui a duré 4 semaines, a démontré que malgré l’existence de ces fiches, aucun cas de discrimination avéré a été noté. Le 15 novembre dernier, le directeur général délégué du club parisien, Jean-Claude Blanc a présenté les résultats de l’enquête interne à la ministre des Sports Roxana Maracineanu, tout en présentant les mesures que le président du club, Nasser Al Khelaïfi a demandé de mettre en place, afin de renforcer les pratiques éthiques.
Le cabinet d’avocats, s’est fondé sur une analyse d’échange d’e-mails, ainsi que sur une série d’entretiens qui a été menée avec les différents salariés chargés de recruter les jeunes joueurs dans les centres de formation du PSG. « Cette enquête a démontré qu’il n’y a pas eu de cas de discrimination pour le recrutement de jeunes joueurs au PSG » a affirmé le directeur de la communication du club parisien, Jean-Martial Ribes.
Selon le club ce système de fichage été une initiative du responsable de la cellule de recrutement au Province, sans évoquer aucun nom.

Respect de l’éthique

La ministre des Sports, Roxana Maracineau a déclaré que l’entretien avec le directeur général du PSG été direct et franc. En effet, cette rencontre avait été fixée depuis le début des révélations publiées par Médiapart et diffusées par l’émission Envoyé spécial évoquant l’existence d’un système de fichage qui mentionne l’origine des différents jeunes joueurs. Le club de la capitale a reconnu l’existence des fiches contenant des critères ethniques, toutefois, l’enquête a affirmé que ce système n’est plus d’actualité. Le PSG s’engage d’apporter de nouveau processus au niveau de la sélection tout en respectant l’éthique.
La ministre, Roxana Maracineau, a affirmé qu’elle veillera en personne à la mise en œuvre des engagements du PSG au niveau de leur centre de formation.

L’avis des journalistes sur ces révélations

Selon Geoffroy Garétier, le journaliste spécialiste dans le sport, ces récentes polémiques, qui tournent autour du club de la capitale, font partie d’une campagne médiatique anti-PSG. Un avis qui est aussi partagé par le journaliste de Canal+, Pierre Ménès. « Visant à nuire à l’image du club de la capitale, les médias se sont acharnés durant prés d’un mois sur le club en publiant des fausses accusations et des révélations. Toutes ces polémiques laissent un peu réfléchir pourquoi tout cet acharnement sur le PSG et surtout qui profite de toute cette campagne ? » se demande Geoffroy Garétier.


Le PSG riposte aux accusations du Football leaks

Commentaires fermés sur Le PSG riposte aux accusations du Football leaks
Le PSG riposte aux accusations du Football leaks

Alors que le club de la capitale est en train de se préparer pour affronter les matches de la Ligue 1, mais encore les matches décisifs de la Ligue des champions, ces derniers jours il fait face à une vague d’accusations révélées par les football Leaks et publiées par plusieurs médias français dont Médiapart. Afin de mettre fin à ses rumeurs sur lesquelles, les médias français ont profité pour ternir l’image du club parisien, les dirigeants ainsi que certains joueurs du club de la capitale ont répondu à ces révélations.

Les joueurs réagissent aux révélations

Alors que les conditions et les détails du transfert de Kylian Mbappé de Monaco au club parisien ont été révélés par les Football leaks, le champion du monde a tenu à clarifier certaines informations. « Je n’aime pas trop m’exprimer sur des sujets aussi banales, mais vu qu’un grand nombre de médias ont reprit le sujet sans même vérifier si ces informations sont correctes ou pas, j’ai voulu clarifier certaines choses. Je tiens avant tout à préciser que je n’ai aucun problème avec la justice, je paie tous mes impôts en France et sur tous mes revenus. Je n’ai jamais choisi le PSG parce qu’elle va me payer mes impôts comme prétend Médiapart. Avant de pouvoir choisir le club de la capitale, j’ai longuement réfléchi, le plus important pour moi, c’était dans quelle équipe je pourrais donner le mieux de moi-même tout en poursuivant ma progression. Et donc j’ai choisi tout naturellement le Paris Saint Germain» a expliqué Kylian.
Âgé de seulement 19 ans, Kylian Mbappe, le champion du monde, a affirmé « Certes lorsque le PSG m’a proposé de faire partie de son équipe comme tous joueurs, j’ai négocié mon contrat, toutefois, ce qu’a publié psg Paname Squad le 2 novembre dernier est complètement faux. Je n’ai demandé que des choses rationnels et dans les règles. Ce qui me fait rire réellement, c’est que Médiapart est un site qui dénonce généralement les irrégularités, or tout ce que j’ai fait est en règle. Donc je ne comprends absolument pas pourquoi tout cet acharnement contre moi et le PSG ».

Le président du PSG donne son avis

Tout juste le match Naples-PSG achevé, que le président du Paris Saint-Germain, Nassr Al Khelaifi, a été interrogé sur les dernières accusations des Football Leaks. « Sincèrement, je ne regarde pas ce type de média, parce que je trouve que, c’est du n’importe quoi », a expliqué Nasser Al Khelaïfi pour la première fois, en rejetant toutes les allégations émises contre le club parisien. En effet, jusque-là, le PSG ne s’exprime qu’a travers son directeur général délégué, Jean-Claude Blanc, mais encore son directeur de la communication, Jean-Martial Ribes, qui ont été toujours dans la première ligne pour répondre à toutes les rumeurs qui peuvent toucher à la réputation du club.


« Previous Entries